Pas encore abonné ?

Merci de vous être abonné !

  • Samuel Marguet

Quand nos immeubles produirons des légumes...

Dernière mise à jour : 12 janv.

Voici le premier reportage vidéo de realexpert !


Je suis allé à la rencontre de cet ancien ingénieur, vivant de ses abeilles et de son jardin, lui demander comment il imaginait l'immeuble de futur.


Et c'est une surprenante réponse que j'ai trouvée en retour... . Je vous laisse découvrir par vous-même les idées de Christophe Broillet, de Villariaz dans le canton de Fribourg.


Voir la video ici :



Si vous souhaitez contacter Christophe, voici son adresse e-mail : cb.broillet@gmail.com


Voici le texte de la vidéo pour ceux qui souhaitent plutôt lire que voir :


SAMUEL "Bienvenue sur le blog et vlog de RealExpert. Nous devons changer notre manière de vivre, notre manière de consommer et notre manière de construire.

Samuel Marguet, de la page blog de Marguet Realexpert du site www.realexpert.ch
Samuel Marguet

C'est pour cette raison que je suis allé cette semaine, dans le canton de Fribourg visiter Christophe Broillet, cet ancien ingénieur qui aujourd'hui vit de ses abeilles et de son jardin.


Durant ce reportage, j'ai est posé deux questions à Christophe.

La première : quel est pour toi l'immeuble du futur et comment vois-tu l'urbanisme des villes dans le futur.


Je vous laisse apprécier ce petit reportage et vous faire votre avis."


CHRISTOPHE

"L'immeuble du futur devrait être capable de pouvoir produire une partie de sa nourriture. On a un problème donc avec la production d'avocats ou de légumes qui sont produits au sud de l'Espagne et au nord. Tomates poivrons avocat: ces légumes nécessitent beaucoup de chaleur.


Le problème, c'est que pour les produire, c'est des catastrophes écologiques là où ils sont produits, et c'est des catastrophes écologiques quand ils arrivent chez nous.


Et c'est difficile d'expliquer aux gens, que c'est réellement un grave problème, parce qu'ils sont à disposition. La meilleure manière de leur expliquer et de leur montrer que c'est vraiment des produits de saison et de luxe, on devrait pouvoir adapter les structures sur les immeubles pour les faire pousser au plus près des gens. Les éduquer pour leur montrer comment ça se passe.

Christophe brolliet, de la page blog de Marguet Realexpert du site www.realexpert.ch

Les tests les plus importants qu'on pourrait faire, les plus intéressants, c'est par exemple avec les avocats.

En réalité, si on arrivait produire 20 - 40 avocats sur un immeuble à partager, et ben on se rendait compte que c'est un vrai produit de luxe, qui a poussé là.

Sa vraie valeur est beaucoup plus importante que celle qu'on veut bien donner dans les magasins.


C'est utiliser cette surface carrée sur ces immeubles, pour faire tenir des serres hors gel. C'est quand même les surfaces où la chaleur finit quand même par s'échapper.

On peut récupérer l'eau qui tombe, plutôt que de tout de suite l'éliminer, on peut la réutiliser pour faire fonctionner le système sous serre.

De l'eau, de la terre, du soleil, de la chaleur, on fait pousser des légumes !

Maison dans le canton de Fribourg, permaculture, apiculture, de la page blog de Marguet Realexpert du site www.realexpert.ch

Il faudrait essayer de ramener une production locale dans les villes et à moindre frais, il y a tout de suite des choses à faire.


Il y a énormément d'endroits en ville où on pourrait amener de la verdure et du jardinage.

On pourrait planter beaucoup plus d'arbres fruitiers que des arbres décoratifs, dans les villes.


Ces arbres fruitiers permettraient d'avoir des fruits tout simplement dans des parcs, où en marchant, on a simplement des fruits à ramasser.

Cela permettrait à toutes ces abeilles que l'on met dans les villes maintenant d'avoir quelque chose à faire.

Christophe brolliet, jardin sous serre, permaculture de la page blog de Marguet Realexpert du site www.realexpert.ch

Toutes ces zones de gazon qu'on peut encore trouver dans les villes, c'est stérile.

Un parc engazonné, c'est un parc mort. Y a rien, rien. Peut-être trois vers de terre qui courent dessous et qui n'ont rien à manger.

En plus de ça, on ramasse le gazon, donc ce n'est pas très productif.

Christophe brolliet, stérilité des champs en suisse à cause de l'agriculture intensive de la page blog de Marguet Realexpert du site www.realexpert.ch

On pourrait y mettre des fleurs, on n'a pas besoin que de faire pousser des choux et des carottes. On peut faire pousser aussi beaucoup plus de variétés : de plantes sauvages, qui permettraient aussi d'avoir plus de biodiversités dans les villes. Et puis de réintégrer les animaux et les insectes un peu dans les villes. Les petits animaux, on s'entend bien.

Prairie à Arosa en suisse, Golf Club Arosa, de la page blog de Marguet Realexpert du site www.realexpert.ch

Les insectes disparaissent de partout, mais ils ont aussi leur place dans les villes ces insectes, ces pollinisateurs."


SAMUEL

"Si vous avez aimé ce reportage, n'hésitez pas à vous inscrire à la newsletter pour recevoir les prochains vlog et blog de RealExpert, à bientôt."